recherche
18.10.2011 par ro
num.214 déc. 2011 p.04
Et les activités de découvertes?

Et les activités d'éveil, en sciences et travaux manuels ?

Que dire à ma fille qui me dit : "Je ne veux plus aller à l'école !" ? Normal, on a tous certains jours pas envie d'aller travailler... Mais c'est plus profond que cela. C'est aussi un ras-le-bol de ce qui lui est enseigné.

Depuis toujours c'est un enfant qui aime faire des choses de ses mains, bricoler, dessiner, créer, quoi ! Elle aime aussi la nature, les sciences et pouvoir apprendre par la pratique ... expérimenter.
Son cursus scolaire s'est déroulé jusqu'à présent sans trop d'encombres. Elle s'est toujours donné de la peine même dans les branches qui lui « parlaient » moins c'est-à-dire français et allemand... Et quelle joie pour elle lorsque, au alentour de Noël ou Pâques un bricolage se profilait à l'horizon. On en entendait parler des jours et des jours... Ne voyant que très peu de travaux manuels être effectués nous nous sommes posé des questions. A quand un cours de travaux manuels avec un prof de travaux manuels ? Un cours qui entre vraiment dans l'horaire de sa semaine.

En effet après avoir lu le plan d'étude nous y avions vu qu’à partir de la 4p il est fait mention de clouer, d'emboîter, assembler plusieurs pièces, inventer des mécanismes. Lorsque j'ai posé la question l'on ma répondu que Montfleury ne disposait pas de prof de travaux manuels... Les travaux manuels sont dispensés par le professeur généraliste qui ne peut pas faire des miracles... Une classe de 20 élèves n'est pas facile à gérer en travaux manuels !! Et puis souvent il est plus « important » de rattraper math et français au lieu de faire du dessin. Alors les travaux manuels sont souvent passés à la trappe.
Le fait d'avoir un professionnel des travaux manuels permettrait d'amener d'autres idées, connaître d'autres techniques, de toucher d'autres matériaux et aussi permettre de diviser la classe en deux. Bon, les élèves de l'école de Montfleury ont déjà de la chance ils disposent d'une super prof de couture... Si les élèves sont chanceux ils pourront avoir la couture 1,5h tout les 15 jours durant une année ou une demi-année.

La fin de scolarité primaire de ma fille s'est donc déroulée sans qu'elle n'aie pu s'épanouir dans son envie de créer. Mais nous nous approchions du cycle et pensions que là, enfin, elle pourrait étancher sa soif d'expérimentation et de créativité par des cours de dessin, de travaux manuels et d'observation scientifique. Et là, quelle ne fut pas notre déception. Sur son programme horaire aucun cours de dessin et durant le 1er semestre pas de travaux manuels. Par contre des langues des langues et des langues et un peu d'autres choses.
Sur les 32 heures de cours nous comptons exactement 12 heures de langues (français, allemand, anglais et latin), 5 heures de math, 7 heures de culture générale (biologie - histoire-géographie-éducation citoyenne), 6 heures de cours plus pratique (éducation nutritionnelle – informatique – musique – gym) et une heure de maîtrise de classe.

Pour une fille plutôt manuelle et scientifique, ce n'est vraiment pas la joie ! Je ne comprends pas pourquoi on les noie sous les langues. C'est vrai que c'est important dans la vie de nos jours de parler plusieurs langues. Cependant on sait aussi que la meilleure manière d'apprendre les langues est pour le français "l'envie de s'améliorer" et pour les langues étrangères d'aller dans le pays. Quant au latin, laissons-le à ceux qui veulent l'apprendre ! Car, cerise sur le gâteau, comme ma fille a bien travaillé à l'école primaire (regroupement R3) elle a droit au second semestre à une deuxième heure de latin qui s'ajoute sur son horaire, soit 33h au lieu de 32. Quelle jolie récompense pour elle. Vous m'expliquerez comment la motiver après ça !

J'ai pensé que le cycle d'orientation portait sciemment son nom. Qu'il servait donc à orienter. Je ne vois pour le moment qu'une orientation, l'amélioration du niveau de langage. Mais si l'on n'a rien à dire ou que l'on ne sait rien faire de ses mains, à quoi bon parler... Comment un enfant pourrait-il s'orienter vers des métiers plus manuels et pratiques s'il n'en a ni l'expérience ni la pratique ?... De nos jours il manque de bons apprentis, d'ouvriers, d'ingénieurs.

A vous qui décidez, sachez qu'il y a d'autres issues que les Lettres pour mener à bien une vie professionnelle.

Cathy

auteur : rédacteur occasionnel

<< retour