recherche
Miłosz Sroczyński, Ada Maria Witczyk
22.05.2017 par LR
num.269 juin 2017 p.19
Concert classique aux Caves de Bon-Séjour 21.5.17

Un souffle d’air polonais

Pour le dernier concert de la saison classique des dimanches aux Caves de Bon Séjour à Versoix, deux jeunes artistes polonais nous présentèrent un joli programme dédié à Ludwig van Beethoven (1770-1827), Johannes Brahms (1833-1897) et Henryk Wieniawski, compositeur polonais (1835-1880).
Miłosz Sroczyński, pianiste chevronné et Ada Maria Witczyk, violoniste talentueuse nous ont comblés dans la «Sonate pour piano et violon en Fa majeur op. 24». Non seulement la musique est belle, mais l’interprétation qu’ils en ont donnée dans les 4 mouvements fut magnifique. De par leur sensibilité, le jeu des nuances, la complémentarité fusionnelle de leurs instruments, nous étions transportés dans un autre monde, à l’image d’une rivière qui coule avec son charme, ses cascades, ses lumières, ses caprices, sa beauté. On vibrait à l’âme de Beethoven.

L’œuvre de Henryk Wieniawski,- le plus grand violoniste après Paganini - «Légende op. 17», nous émerveilla. Sa musique nous entraîne dans un rêve qui reflète cet esprit slave, à la fois combatif et résigné. Nos deux artistes en valorisaient le titre par le jeu délicat du piano et les belles envolées du violon. Tout était expressif dans ce mélange de douceur et de force emblématique. Un nuage parfois sombre avec une frange d’or.
Brahms ! Dans la «Sonate pour violon et piano en sol majeur op. 78», on restait sur ce même fil rouge de la rivière qui s’en va, au gré de son cours, s’épanouir dans la nature : mouvements gracieux ou bondissants, ondes colorées, douceur du paysage et des eaux limpides. Symbiose des harmonies aussi bien dans les solos du piano qu’à la fluidité empreinte de finesse dans le doigté du violon. On avait l’impression qu’un filtre d’amour musical passait entre eux dans un langage communicatif, un dialogue incessant de complémentarité, de nuances, de sensibilité profonde et exprimée avec respect, ferveur et joie de vivre.
C’est tout l’art de l’interprétation jouant sur les subtilités qui nous font vibrer et partager ce que les compositeurs ont voulu transmettre.
Sincères félicitations à nos deux artistes qui nous ont apporté un moment de bonheur et merci chaleureux à Brigitte Siddiqui notre programmatrice qui nous déniche des professionnels musicaux de haute valeur.
A la prochaine saison !
Lucette Robyr
 

photo Brigitte Siddiqui

auteur : Lucette Robyr

<< retour