autel installé à Palexpo
Assemblée des fidèles à Palexpo
Le pape François salue la foule
Messe à Palexpo
Le pape remercie tous les acteurs de cette fête mémorable
22.06.2018 par LR
num.280 juillet-août 2018 p.04
Une venue historique et attendue

Le pape François est là, arrivé parmi nous, à 10h10 ce matin du 21 juin 2018, pour répondre à l’invitation du COE (Conseil Œcuménique des Eglises) qui fête son 70ème anniversaire, puisque fondé en 1948 à Amsterdam.
On l’attendait depuis longtemps cette visite et les 41'000 billets gratuits prévus par le diocèse LGF se sont arrachés en un rien de temps. Foule il y avait de tout horizon, de toutes nationalités, de toutes confessions, pour accueillir ce pape si proche des humains.

Au pied de l’avion, François entouré de gardes suisses et de sa protection rapprochée serra les mains de notre président de la Confédération, M. Alain Berset, notre ministre des Affaires étrangères M. Ignacio Cassis, le président de l’Assemblée fédérale M. Dominique de Buman, puis le président du Conseil d’Etat genevois M. Pierre Maudet qui lui remit un peu de terre prélevée le matin même de la tombe du poète argentin Jorge Luis Borges enterré au cimetière des Rois. Le maire du Grand-Saconnex, notre évêque Mgr Charles Morerod, le nonce auprès des Nations Unies et d’autres autorités civiles et religieuses étaient aussi au rendez-vous sur le tapis rouge. François, était là, souriant aux deux enfants en costume argentin venus lui apporter un bouquet de fleurs, les embrassa et les bénit.
Hymnes nationaux en entrée suivis d’entretiens privés avec nos ministres, le pape se dirigea vers le COE dans une simple Fiat portant la plaque du Vatican SCV 1 aux côtés de notre évêque, où il fut reçu par des chants dans la chapelle œcuménique. Prière et premiers discours d’accueil devant les représentants des 350 Eglises chrétiennes du monde. L’ambiance « sacrée » était déjà de mise, et chaque parole du pape résonnait comme un appel fort à l’unité. Après le passage à l’Institut de formation œcuménique de Bogis-Bossey où il prit le repas et se reposa un peu, retour au COE où discours des hauts représentants étaient axés sur le travail accompli durant ces 70 ans et les projets d’avenir. C’est alors que le pape François souligna l’importance des relations avec le Vatican et les différentes commissions « Foi et Constitution » ou « Vie et Action », ainsi que le travail important sur l’œcuménisme entrepris par le cardinal Kurt Koch, ancien évêque de Bâle qui a permis aussi cette rencontre. Credo et Notre Père furent récités ensemble, catholiques, protestants, anglicans, orthodoxes, et religieux d’autres Eglises chrétiennes. Moments émouvants, échanges de cadeaux et l’Au Revoir, pour arriver à 16h15 à Palexpo où l’attendaient avec joie et impatience près de 40'000 personnes, guidées par 250 bénévoles au dossard jaune.
Enfin, le voilà, debout sur sa voiturette aux côtés de Mgr Morerod. Applaudissements, cris de joie, drapeaux, foule pressée aux barrières pour le photographier, toute la panoplie du plus bel accueil était présente pour cet « ange blanc » embrassant les enfants, serrant les mains, saluant, bénissant les fidèles venus de partout et circulant à travers les travées pour n’oublier personne. Puis la messe se déroula en français et en latin avec des prières en différentes langues dans un parfait cérémonial, sous un décor bleuté, simple et lumineux (en filigrane : jet d’eau, Salève et le Cervin se reflétant dans le lac) surmonté d’une croix auréolée de lumière du plus bel effet, et qui fit beaucoup d’impression sur les gens. Elle nous parlait ! … Dans son homélie, le pape insista sur la signification du Notre Père, prière commune à tous les chrétiens et enseigné par le Christ. (Evangile du jour, et fête de St Louis de Gonzague, jésuite 1568 – 1591, patron de la jeunesse). En trois thèmes principaux : Le Père, le pain, le pardon, il nous expliqua dans une relation tout à fait humaine et quotidienne le sens de ces 3 mots qui sont les clés de nos valeurs et de nos vies. Père = papa – famille – frères ; pain = nourriture nécessaire et base de l’alimentation pour tous ; pardon = amour, fraternité, respect, unité.
Une famille versoisienne de 7 enfants, très impliquée dans la paroisse vint offrir au St Père les dons pour l’offertoire (partie de la messe après le Credo entrant dans la liturgie eucharistique) et la célébration continua dans un profond recueillement. Plus de 150 prêtres signalés par un fanion donnèrent la communion répartis dans les différents secteurs. Chorale et orchestre animèrent la messe de St Boniface et une soliste accompagnée de sa harpe chanta en espagnol la « Prière de st François d’Assise » chère au pape François.
Dans un magnifique final de musique, de prières, de chants et de remerciements de la part de notre évêque Mgr Morerod puis du pape François vis-à-vis du diocèse, de la Confédération et de la Ville de Genève pour l’accueil et l’organisation et de tous les fidèles réunis d’ici ou d’ailleurs notre St Père s’en alla sous les applaudissements entourés de tous les évêques, prêtres, séminaristes et enfants de chœur laissant la foule quitter lentement les lieux.
Voilà un beau souvenir, riche d’enseignements, d’encouragements et de simplicité qui restera gravé dans nos cœurs.
Lucette Robyr
Photos : JR

 

auteur : Lucette Robyr

<< retour