10.06.2022 par PL
num.320 juillet-août 2022 p.24
Épeires et leur toile - la Mangore petite-bouteille

Les épeires sont bien souvent les araignées parmis lesquelles les gens connaissent sans s'y connaître. Une espèce avait déjà été présentée en guise de premier article de l'araignée du mois.

Mais comment les reconnaître visuellement ? Les épeires c'est une quarantaine d'espèces en Suisse et presque autant dans notre canton, donc une grande famille qui vit parmi nous (et pour notre bien!). Elles ont en commun, un abdomen en forme de bouclier avec un motif, presque toujours propre à chaque espèce avec de nombreuses variantes et souvent en paréidolie : parfois une croix, parfois des rayures, parfois "traversé par une lance" parfois des points, parfois un masque et parfois "une petite bouteille". C'est le cas de cette Mangore petite-bouteille (Mangora acalypha) qui est de la même famille et même si de petite taille, on peut discerner à l'oeil nu ce symbole qui rappelle une bouteille.

La Mangore se place souvent au centre de sa toile, toile au sol dressée entre deux brins d'herbe.

D'ailleurs, les épeires, nom français évoquant la famille des Araneidae, ont aussi en commun (sauf exception) la même façon de concevoir leur toile. Elles vont faire une toile géométrique en forme de roue, qui va partir de rayons et d'un cadre, puis d'une spirale. La spirale sera faite d'un type de soie gluante, pour parfaire le piège. La toile capturera surtout des insectes volants (dont mouches, moustiques, guêpes...). Une autre famille fait une des toiles géométriques, mais avec le moyeu ouvert.

légende photo araignée : Mangora acalypha et sa petite bouteille

légende photo toile : Toile d'Épeire des roseaux à la rosée du matin

 

auteur : Pierre Loria

<< retour