16.10.2022 par SSP
num.323 novembre 2022 p.05
Série passé-présent #11 le fortin du giratoire des 5 chemins

 En suivant la route de l'Etraz jusqu'au giratoire des Cinq Chemin – qui n'en compte plus que quatre depuis que l'autoroute a condamné le cinquième – on découvre un panorama splendide face au Mont Blanc. Les chevaux de Mâchefer puis les champs ondulants sous le vent en font un lieu saisissant de nature, immense contraste en surplomb de l'autoroute.

Au bord du giratoire on a toujours vu sans le voir un vieux  blockhaus de béton, construit en 1941, répertorié comme "Fortin A 757 des Cinq Chemins". Inesthétique et morne souvenir de la Seconde Guerre mondiale, il est orienté vers Gex et faisait partie de la très sérieuse "ligne [de défense] de Versoix", qui comportait une vingtaine de structures en forme de Y inversé entre Bellevue, le Pont de Bossy et Versoix et dont celle-ci est la plus exposée. En effet, dès 1941 la région de Gex fait partie de la « zone interdite », placée sous autorité allemande, et au moins deux plans allemands avaient envisagé l'entrée de l'armée allemande sur sol helvétique par Genève (en 1940 et 1943).

Ses arrêtes grises, émoussées et couvertes de lichens n'ont rien de poétique, et si certains parcourront l'ensemble du « Circuit des fortins », d'autres penseront qu'il fait plutôt tache dans le paysage. Or, voici qu'en quelques mois le fortin revit. Les tags et autres outrages du temps sont nettoyés et on le garnit de bornes frontières historiques restaurées et peintes. Que se passe-t-il au Fortin des Cinq Chemins ?

L'inquiétude géopolitique de ces derniers mois motive-t-elle une remise en fonction de l'ouvrage ? Pourquoi ne pas plutôt imaginer ce que cette position, à la croisée des routes, offre de potentiel réjouissant : bar underground ou lieu de concert insolite pour le festival antigel ? Le toit du fortin pourrait accueillir un DJ et la musique pourrait s'envoler bien loin dans les campagnes pour améliorer le rendement des vaches laitières. Les embrasures autrefois prévues pour les mitrailleuses pourraient accueillir un projecteur de cinéma, ou bien l'abri au sous-sol être équipé pour un escape game. Voilà une stratégie offensive et défensive : à nous de rêver.

 

 

auteur : Sarah Schmid-Perez

<< retour